Investissement en nue-propriété : donnez du tonus à votre patrimoine

02/03/2017

 
Ce n’est pas parce que les rendements de nombre de placements vous semblent anémiques qu’il faut laisser végéter votre patrimoine. En fonction du temps dont vous disposez, plusieurs pistes méritent d’être explorées.
 
L’achat en nue-propriété.
Le concept est simple : le bien est démembré entre l’usufruit d’un côté (le droit de jouissance des lieux) et la nue-propriété de l’autre (la propriété des murs).
Concrètement, vous devenez nu-propriétaire pour une quinzaine d’années, l’usufruit étant acheté pour la même durée par un bailleur institutionnel. Au terme du démembrement, vous devenez propriétaire à 100 % du bien. L’avantage de la formule réside dans le fait que l’acquisition en nue-propriété est moins coûteuse (entre 40 et 50 % du prix du marché) puisque la valeur du bien est décotée du montant des loyers que le propriétaire aurait pu percevoir et qu’il laisse à l’usufruitier.
 
Bénéficiez des atouts fiscaux de l’achat en nue-propriété.
Côté fiscal, en l’absence de loyers, votre impôt sur le revenu n’augmente pas et ce n’est pas vous qui réglez les impôts fonciers. À noter qu’un bien détenu en nue-propriété n’entre pas dans l’assiette taxable à l’impôt de solidarité sur la fortune. Au terme du démembrement, en cas de vente, la plus-value éventuelle est calculée sur la base de la valeur d’origine en pleine propriété, à partir de la date d’acquisition du premier droit, c’est-à-dire de l’achat en nue-propriété.
  
Mieux Vivre Votre Argent
24 février 2017