L’Adil 75 veut une nouvelle offre de logements

16/03/2017

L’Agence départementale d’information sur le logement de Paris (Adil 75) a publié en février le rapport "Dissociation du foncier et du bâti et autres solutions, vers une nouvelle offre de logements". Les baux à longue durée (bail emphytéotique, bail à construction) ayant dévoilé leurs limites, de nouveaux dispositifs, plus propices à la maîtrise des coûts de production, voient le jour depuis quelques années. Parmi ceux-ci : l’usufruit locatif social, qui permet de développer les politiques locales de l’habitat sans solliciter de subventions publiques ; le bail réel immobilier et le bail réel solidaire qui facilitent l’accession à la propriété des ménages avec des prix d’achat décotés par rapport à la moyenne (notamment sur des territoires soumis à l’inflation foncière) et dont la fusion
permettrait d’orienter des projets de construction sur du logement intermédiaire ou social ; ou encore l’habitat participatif, qui favorise un habitat de bonne qualité et l’accès à des services annexes mutualisés. À l’échelle de Paris et de la métropole, de tels dispositifs pourraient s’avérer avantageux pour les pouvoirs publics, et contribuent au développement d’un parc plus adapté au budget des ménages, soutient l’Adil 75. Si certains modèles étrangers témoignent déjà de la valeur de telles pratiques, le défi à relever reste de taille : l’efficacité de ces opérations suppose un portage foncier conséquent, la diminution de la spéculation, la mobilisation d’acteurs locaux, mais aussi la disponibilité de terrains susceptibles de répondre à de telles stratégies.