La nue-propriété : un bon plan pour investir dans la pierre

10/03/2017

 
L’investissement dans l’immobilier continue de séduire les Français, qui envisagent de compléter les revenus de leur retraite, se constituer un patrimoine à transmettre ou à revendre en cas de besoin.
 
La nue-propriété par démembrement
En droit patrimonial, le démembrement signifie partage de la propriété d’un bien immobilier en deux : l’usufruit (droit à la jouissance, de le faire fructifier) et la nue-propriété (droit d’être plein propriétaire à la fin du démembrement). En tant qu’acquéreur privé, vous achetez la nue-propriété d’un logement neuf ou en état de futur achèvement à un prix inférieur au prix du marché (environ 60 % de sa valeur), tandis qu’un bailleur social ou institutionnel achète l’usufruit pendant quinze ans (minimum) afin de louer le bien et d’encaisser les loyers. À l’expiration de l’usufruit temporaire, l’investisseur privé récupère la pleine propriété du logement sans rien débourser. Pendant quinze ans, il n’a pas eu à se préoccuper des contraintes de la gestion locative, n’a pas été soumis à la taxe foncière, ni à l’ISF, ni à l’impôt sur le revenu puisqu’il n’a pas perçu de loyer. Et, s’il a emprunté, il peut déduire les intérêts d’emprunt de ses revenus fonciers. À l’expiration de l’usufruit, il met le bien en location, l’habite ou le vend. Un bon moyen pour se constituer un patrimoine à bon prix, espérer une plus-value, acquérir un bien afin d’y passer ses vieux jours, compléter les revenus de sa retraite, ou encore d’assurer la transmission puisqu’il est possible de donner la nue-propriété à ses enfants ou petits-enfants, qui recevront la pleine propriété à la fin de l’usufruit sans être taxés.
  
TV Magazine Île-de-France
10 Mars 2017