La nue-propriété, un succès croissant

Pour soulager les pénuries de logements sociaux dans les zones tendues, il existe un produit connaissant un succès croissant, la nue-propriété. Mis en place en 2003, ce système consiste à déconnecter la propriété d’un immeuble de son usage, pendant une période de 15 à 20 ans. Le propriétaire de l’appartement ainsi construit en cède l’usufruit à un tiers pendant ces 15 à 20 ans, moyennant quoi le coût d’acquisition bénéficie d’une décote d’au moins 30%. Cela permet de contourner le problème du coût de financement élevé en zone tendue, tout en rendant un logement social disponible dans cette même zone. En effet, cet appartement est toujours acquis conjointement avec un bailleur social et c’est ce dernier qui loue ce logement tout en empochant les revenus locatifs. Car - et c’est l’autre particularité du produit - pendant la période où l’appartement est loué, le propriétaire qui a cédé l’usufruit ne touche aucun revenu. L’intérêt, pour lui, est de se constituer à un coût avantageux un appartement pour sa future retraite puisque passée la période de 15 à 20 ans, il récupère l’usufruit de l’appartement et les revenus allant éventuellement avec.

Ce marché de niche connaît depuis dix ans un succès croissant, comme en témoigne le développement du leader français, l’entreprise PERL (Pierre épargne retraite logement). Le groupe gère un peu plus de 900 millions d’épargne collectée dans 4 000 logements au total, uniquement en zones tendues. Et il progresse d’année en année. Chaque année quelque 1 500 logements sont construits dont les deux tiers environ sont réalisés par PERL.

L’Opinion
12 Décembre 2014