Pourquoi investir en nue-propriété plutôt qu’en Pinel ?

Pourquoi investir en nue-propriété plutôt qu’en Pinel ?

Par rapport au dispositif Pinel, l’investissement en nue-propriété offre une sécurité particulière. Plutôt que de se focaliser sur des revenus locatifs souvent aléatoires et toujours lourdement fiscalisé, l’investissement en nue-propriété s’appuie sur la valeur patrimoniale du bien avec 4 avantages majeurs.

La première conséquence est que l’investissement en nue-propriété permet d’acheter moins cher un bien de qualité. La décote appliquée sur le prix d’achat de la nue-propriété correspond à la totalité des loyers qui auraient été perçus pendant la durée de l’opération. C’est donc comme si vous les perceviez par anticipation et défiscalisés lors de l’achat.

C’est une grande sécurité, et la sécurité est une notion clé de la nue-propriété. Cela m’amène au 2e avantage : la nue-propriété offre une valorisation mécanique du bien. L’investisseur achète la nue-propriété et au terme de l’opération il est propriétaire à 100%. Il bénéficie ainsi mécaniquement d’une la reconstitution automatique de la pleine propriété au fil des ans. Son investissement prend chaque jour plus de valeur. Et cela en dehors de toute variation du marché de l’immobilier.

Contrairement à un investissement Pinel, l’investisseur qui est nu-propriétaire n’a aucun souci de gestion locative, aucune charge, aucune dépense pour l’entretien du bien. Tout cela est à la charge d’un autre, l’usufruitier-bailleur.

Enfin, puisqu’on raisonne à long terme, c’est là qu’intervient le 4e grand avantage par rapport au Pinel : avec l’investissement en nue-propriété, l’investisseur n’est pas pénalisé par une durée de détention obligatoire. il est libre, libre de revendre à tout moment son bien en nue-propriété, Sans perdre aucun des avantages patrimoniaux et fiscaux acquis.

PERL propose exclusivement des programmes dans métropoles dynamiques, aux infrastructures de qualité, à proximité des bassins d’emploi : à Paris, en 1ère Couronne, sur la Côte d’Azur, l’Arc Atlantique ou le Grand Lyon, justement là où la tension immobilière est forte, sur des sites où la demande de logements dépasse l’offre.