Maximiser son épargne en minimisant son impôt grâce à la nue-propriété

 
Rémunérer son épargne ou préparer sa retraite devient de plus en plus sportif. L’épargnant doit désormais apprendre à naviguer entre deux écueils d’un côté, le manque de rentabilité, de l’autre, le surcroît de fiscalité. D’où une question naturelle : existe-t-il des placements qui rapportent, mais qui ne sont pas imposés ? La réponse est oui ! On peut même retirer de ses placements des dizaines de milliers d’euros chaque année sans payer un seul euro d’impôt.
 
"J’ai acheté la nue-propriété d’un bien locatif social"
 
« Je percevais des revenus d’activité et des revenus fonciers. J’avais envie d’investir et de faire grandir mon patrimoine. Un investissement traditionnel aurait fait exploser mes revenus ordinaires ou mes revenus fonciers, et donc mon imposition. II n’en était pas question. C’est pourquoi j’ai acheté, en 2009, la nue-propriété d’un appartement en usufruit locatif social par le biais de Perl.
J’ai payé mon bien avec un abattement de 40%. En contrepartie, j’abandonnais pour quinze ans mes loyers. C’est un T2 de 52 mètres carrés que j’ai payé autour de 3.500 euros le mètre carré (en partie grâce au démembrement), et qui en vaudra bien le double, une fois récupéré l’usufruit.
Comme l’usufruit est temporaire, le bien regagne une partie de sa valeur chaque année, au rythme de 3%. C’est une sorte de plus-value garantie, qui me paraît rassurante. Et puis, du point de vue de l’impôt, c’est intéressant. Il faut savoir que la nue-propriété échappe aussi à l’ISF même si je ne suis pas concerné. »
  
Challenges
21 Avril 2016