PERL : être un accélérateur de la réalisation de logements à loyers abordables pour la métropole du Grand Paris

14/11/2016

Opérateur immobilier depuis seize ans, la société PERL (Pierre Epargne Retraite Logement) est le concepteur et développeur d’un schéma innovant de cofinancement du logement locatif par l’épargne privée, en partenariat avec les bailleurs sociaux institutionnels. Un moyen efficace d’accélérer la production de logements à loyers abordables en zones attractives, territoire métropolitain en tête, comme I’explique son président, Alain Laurier.
 
Quelle est la spécificité de la société PERL ?
PERL a créé un schéma juridique et financier de cofinancement permettant de drainer l’épargne privée pour l’affecter à la réalisation de logements à loyers abordables ou sociaux. Comment ? En dissociant la possession du bien de son exploitation, PERL propose aux particuliers d’acquérir un bien sans en avoir l’usage pendant 15 à 20 ans. Dans les faits, ils n’acquièrent que la seule nue-propriété, profitant d’une décote correspondant à la totalité des loyers nets qu’ils auraient perçus durant ce laps de temps. Une période durant laquelle l’usufruit, lui, est cédé à un bailleur social. L’ambition, est de renforcer l’offre de logements pour les classes moyennes et modestes dans les zones tendues, est de développer cet investissement socialement responsable, est de créer ce lien intergénérationnel tissé entre les épargnants préparant leur retraite future et les jeunes ménages entrant dans la vie active et qui ont besoin de se loger à proximité des lieux de travail. Dans quels territoires ? Partout où le prix du foncier est élevé en raison notamment du dynamisme économique, de la qualité de l’environnement et des services publics. Notre modèle est ainsi gagnant-gagnant puisqu’il accélère la production d’une offre complémentaire venant combler les déficits constatés. En seize ans, PERL a ainsi orienté plus d’un milliard d’euros d’épargne retraite qui ont permis de livrer 6 000 logements en zone tendue, dont la moitié en Ile-de-France.
 
Un dispositif qui semble particulièrement adapté à la situation du Grand Paris ?
A Paris et en petite couronne, on constate une bipolarisation du marché de l’immobilier, avec d’un côté des logements sociaux en nombre insuffisant, de l’autre côté des logements aux loyers libres, inaccessibles pour de nombreux locataires, notamment les classes intermédiaires et les jeunes actifs. Comment voulez-vous développer l’activité économique et l’emploi dans une métropole si les travailleurs ne peuvent s’y loger ? Ce dysfonctionnement, PERL se propose de le corriger en accélérant la production d’habitations abordables. Avec ce dispositif de cofinancement, nous pouvons équilibrer les programmes malgré les prix élevés de terrains particulièrement recherchés, dans les zones « Prime », centres urbains et quartiers proches des transports publics. A la fin de l’année, nous livrerons ainsi 65 logements réalisés dans le site de l’ancien hôpital Boucicaut (Paris 15ème), où le statut locatif sera maintenu pendant 20 ans, avec un loyer fixé à 20 euros le m², soit plus de 30% en dessous du prix du marché. C’est une alternative à l’encadrement des loyers en somme. L’autre qualité du dispositif, est sa souplesse, qui nous permet d’intervenir aussi dans le parc existant. Cela a été le cas dernièrement d’un immeuble haussmannien dans le XIVème arrondissement de la capitale, où nous avions évité une revente à la découpe et l’éviction des locataires.
 
Deux opérations sont en cours aujourd’hui à Rueil-Malmaison (92)…
« Les Terrasses de la Malmaison » et « Villa Gabriel » sont deux programmes immobiliers qui permettront de livrer 90 logements à loyers modérés d’ici la fin 2017. Dans un territoire au cœur du dynamisme de l’Ouest parisien, dans une ville symbole de la construction métropolitaine, ces opérations enrichissent les projets sociaux traditionnels. Cela témoigne de notre capacité à participer à la construction des quartiers de gare du Grand Paris Express ou à l’appel à projet « Inventons la métropole ». PERL a d’ores et déjà fait la preuve en s’associant au projet « Mixité Capitale » du boulevard Morland (Paris 4ème), l’un des lauréats du concours « Réinventer Paris ».
 
Grand Paris Développement
8 novembre 2016