Zone d’intervention de l’ULS :
produire plus de logements à loyer abordable

Les catégories intermédiaires, dont l’accès au logement social est restreint, souffrent de l’insuffisance quantitative du parc locatif privé dont l’augmentation importante des loyers, notamment à la relocation participe à une désolvabilisation des ménages.

En mobilisant l’épargne privée (épargnants ou institutionnels), en complément des dispositifs classiques de production de logements sociaux, l’usufruit locatif social contribue à l’accroissement de l’offre de logements locatifs à loyer abordable.

JPEG - 93 ko

Le schéma ci-dessus indique la répartition du nombre de logements locatifs en 1ère couronne parisienne par niveau de loyer indiqué en abcisse (euros/m2/mois). Un déficit très net se dessine à partir des loyers à 7-8 €/m2 jusqu’à 12-13 €/m2, voire 15 €/m2. La situation est similaire dans les zones tendues en régions, avec néanmoins un décalage sur le montant des loyers. On y constate un manque de logements à loyer intermédiaire.