Une solution : l’achat en nue-propriété

L’immobilier a connu plus de dix ans de hausse à partir de 1998. Un même appartement a ainsi plus que doublé de 2000 à 2012, tandis que le salaire net moyen n’a progressé que de 5,4 %, d’où un immobilier devenu inaccessible pour beaucoup de ménages. Or, depuis onze trimestres d’affilée, l’indice des prix en France métropolitaine (appartements et maisons) est désormais négatif. De plus, l’indice des prix à la consommation est négatif, à - 0,4 % sur toute l’année 2014, et à -1 % en janvier 2015. Enfin, la loi Alur sur la modération des loyers en zones tendues, la baisse des prix du pétrole et le climat délétère depuis les attentats de janvier 2015 n’aident pas à une remontée de l’immobilier. Mais les taux d’emprunt n’ont jamais été aussi bas : 2,5 % sur 20 ans, du jamais-vu.

Comment investir ? Pour trouver une solution face à cette déflation latente, il peut être judicieux d’acquérir la seule nue-propriété d’un bien, avec une décote allant de 30 à 46 % qui correspond à avoir encaissé la totalité des loyers, sans imposition, ni taxation par la CSG ou GRDS, ni ISF sur une durée définie à l’avance de quinze à dix-huit ans. Pour mémoire, les intérêts liés à l’acquisition d’une nue-propriété restent déductibles des revenus fonciers existants, diminuant d’autant votre bénéfice ; et donc votre CSG globale à payer. Comme vous avez acquis un bien entre 54 % et 70 % de sa valeur, de fait, vous vous êtes créé votre propre garantie en capital, même si nous devions entrer en déflation sur moyen terme, comme au Japon.

Valeurs Actuelles
19 Mars 2015