Le choix Immoweek : « Carré Daumesnil », exemplaire et solidaire

20/06/2018

Innovation, co-construction, mixité sociale, économie circulaire, Anne Mollet, Directrice générale déléguée, revient sur le programme « Carré Daumesnil », un projet immobilier innovant.

En quoi « Carré Daumesnil » est-elle une opération innovante ?

Perl est à l’initiative des différentes composantes de ce projet innovant, qui conjugue innovation sociale, partenariale et environnementale. Nous sommes intervenus dans une situation locale bloquée depuis plusieurs années, le précédent permis de construire ayant fait l’objet de recours. Nous avons repris le projet en 2016, avec pour objectif de construire une résidence de qualité, et d’offrir un lieu d’habitation parfaitement intégré à son environnement. Nous avons donc fait le choix d’impliquer les riverains en amont du projet et de co-construire le permis avec eux et la mairie du 12e arrondissement. Résultat : nous n’avons pas eu de recours et avons pu démarrer les travaux dès décembre 2017.
Autre innovation, nous avons souhaité équiper la résidence d’une chaudière numérique de la start-up française Stimergy. C’est une première dans de l’immobilier résidentiel à Paris. Déjà utilisée à la piscine de la Butte-aux-Cailles, cette technologie basée sur l’économie circulaire réutilisera la chaleur de serveurs informatiques pour chauffer l’eau de l’immeuble. Cette solution permettra non seulement de réaliser des économies d’énergie, mais aussi de réduire de moitié les charges relatives à l’eau chaude sanitaire, premier poste de dépenses énergétiques devant le chauffage dans les logements neufs.

Comment s’articule le partenariat entre Perl et la Fondation Abbé-Pierre ?

Ce programme marque aussi notre première collaboration avec la Fondation Abbé-Pierre, avec laquelle nous partageons des objectifs communs : favoriser l’accès aux logements pour les plus fragiles et encourager la mixité sociale au cœur des villes.
100% sociale, cette opération de 53 logements est intégralement réalisée en Usufruit Locatif Social (ULS), un modèle immobilier fondé sur le partage temporaire de l’usage et de la propriété, créé par Perl il y a 18 ans. Elle est composée de 27 logements en financement PLUS et 20 en PLS, gérés par le bailleur social RIVP, et 6 logements en PLAI accompagné, gérés par SNL, une association partenaire de la Fondation Abbé-Pierre. Ces logements permettront à des familles en fragilité de se reconstruire et de se réinsérer par le logement.

Comment s’est déroulé le chantier (autorisations de chantier, plans d’architecture, collaboration avec les riverains et la mairie) ?

L’élaboration du projet s’est faite dans de bonnes conditions, favorisant l’échange et le partage d’idées entre les riverains, la mairie et Perl. Nous avons pris le parti d’avancer en architecture ouverte, et d’intégrer les parties prenantes à la conception de cette résidence. Cela passe notamment par l’écoute et l’accompagnement des riverains tout au long du projet, depuis son élaboration jusqu’à aujourd’hui. Nous avons notamment organisé des réunions publiques et des ateliers de travail, y compris avec l’architecte, pour que chacun puisse donner son avis et faire part de ses idées. Nous avons aussi à cœur d’être transparents, et de tenir informé l’ensemble des habitants du quartier. Boitage, envoi d’emails réguliers, et maintenant un site internet dédié : nous tenons nos partenaires régulièrement au courant de l’avancée du projet.

Quels sont les projets en cours pour Perl ?

Nous avons lancé 14 opérations depuis le début de l’année et prévoyons de commercialiser plus de 1 000 logements en 2018, ce qui nous permettra de maintenir notre croissance. Nous sommes très optimistes, notamment quant au développement de l’usufruit locatif pour répondre aux problématiques de logement, dans les zones en tension foncière, là où la demande en logements est supérieure à l’offre.
L’année 2018 sera aussi celle de la diversification de nos produits. À ce titre, nous avons lancé deux opérations en Usufruit Locatif Intermédiaire (ULI) à Paris, représentant 99 logements. Par ailleurs, nous allons bientôt livrer deux résidences à Bordeaux et à Toulouse, destinées à loger 328 étudiants et jeunes actifs, qui pourront ainsi bénéficier d’un logement à loyer abordable, proche des pôles universitaires. Enfin, nous examinons l’opportunité d’étendre l’ULS à de nouveaux usages, comme par exemple le logement intergénérationnel.

19 juin 2018
Immoweek.

Lire l’intégralité de l’article.